Les Anges de la téléréalité, la très mauvaise affaire d’Arthur. Partie 1

Rachetée par l’animateur pour 6,6 millions d’euros, la société de production de l’émission a été plombée par des scandales. Depuis, la célébrité multiplie les procès. Première partie d’une enquête en deux volets.

Photo
Foc Kan WireImage / Getty Images

Ce 30 août 2019, après plus de dix saisons toutes plus agitées les unes que les autres, les trois producteurs des Anges de la téléréalité se séparent. Thibaut Valès, Jérémy Michalak et Alexandre Dos Santos (alias Zuméo) viennent de céder leur société de production la Grosse Equipe pour 6,6 millions d’euros à Satisfaction group, détenu par l’animateur et homme d’affaires Arthur. Le quinquagénaire du Paf met ainsi la main sur un catalogue riche en cris, larmes et coups de foudre sur la plage, avec les Anges (programme star de NRJ12), Hollywood Girls, Les incroyables aventures de Nabilla et Thomas en Australie ou encore Allô Nabilla. Il devient du même coup propriétaire des célèbres répliques de cette influenceuse : « Allo ! T’es une fille t’as pas de shampoing c’est comme si je dis t’es une fille t’as pas de cheveux ». Une marque déposée, tout comme le non moins célèbre « Allo, non mais allo quoi ». Sic.

Cet article vous intéresse ? Abonnez-vous pour le lire et découvrir chaque jour tous les scoops de l’Informé.